Hommes 2.0

Un homme 2.0, Séb

Cette chronique sur les hommes 2.0 a vu le jour il y a quelques mois, mais j’aime toujours autant travailler dessus. Je rencontre pleins de personnalités différentes et très enrichissantes. Il me tarde de discuter et rencontrer de nouveaux hommes pour ces articles.

Aujourd’hui c’est au tour de Séb, 35 ans, actuellement célibataire. Ses réponses m’ont beaucoup touchées et j’espère réussir à vous faire ressentir la même chose. En tout cas je lui souhaite de trouver une gentille nana !!!

Sur les sites de rencontres depuis ses 18 ans, plus pour un amusement au départ mais sans grand résultats. Mais c’est à cette époque là aussi qu’il rencontre sa première longue relation par le biais de l’école.Un retour un peu plus tard suite à des encouragements d’un de ses amis.  Je pense que pour mieux vous faire passer ses sentiments je vais tout simplement partager ses réponses complètes.

Moi : Depuis quand utilises tu les sites de rencontres ?

Séb :

« La question implique une grande réponse, je connais les sites de rencontre depuis l’âge de 18 ans, à l’époque, je traînais çà et là sur les réseaux IRC. J’ai alors commencé, si je puis dire à parler avec d’autres personnes, sans résultat.

En effet, à l’époque, c’était plus un amusement, l’occasion de plaisanter et surtout d’être totalement décalé, peut-être moi-même, je ne prenais vraiment pas la chose au sérieux. J’ai par ailleurs cette année-là, à 18 ans, eu ma première histoire sérieuse, mais c’est à l’école que j’avais rencontré la personne avec qui je suis resté deux ans.

2 ans plus tard, une rupture difficile et inattendue, certes j’étais imparfait, jeune et stupide. D’autant plus que je n’aimais pas cette vie remplie de contrainte à ce moment-là. Et justement, ma petite amie de l’époque m’en imposait énormément. J’y ai résisté car ne plus pouvoir voir mes amis, faire ce que j’aimais, mes études à l’époque et ma passion, c’était de trop. Trois ans de dépression s’en suivit, ou j’ai erré dans la vie, sans but, un état réellement sombre et noir ou plus rien n’avait d’importance, comme si j’étais mort à l’intérieur, un peu dégouté de ne pas être compris, de ne pas comprendre le sexe opposé quelque part aussi. Le plus catastrophique pour ma part est que durant cette période de non-sens, j’ai perdu du temps du point de vue développement personnel et professionnel.

Ensuite, j’ai rencontré une autre fille par internet, de manière un peu hasardeuse. J’avais alors environ 24 ans, j’avais travaillé énormément sur moi pour essayer de me remettre sur pied après 3 ans de vide complet. J’allais régulièrement sur un site belge tournant autour du monde des jeux, des geeks : Une de mes passions.

Un jour une fille du site, qui s’avérait avoir 14 ans, ce que j’ignorais, s’est mise à parler sur le forum dans un hors-sujet, je ne sais plus trop comment on en est arrivé à discuter de cela, de sa grande sœur âgée de 23 ans. Pris au jeu, je tente sur le ton de la plaisanterie ma chance, je lui demande si sa sœur veut faire connaissance, ce qu’elle accepte et j’ai alors reçu un email en échange. Peu de temps après s’est engagé une conversation avec la dite grande sœur sur messenger, et durant 4 mois nous avons appris à nous connaître, c’était fort agréable et j’étais tellement peu confiant et peu sur de moi, que c’est elle qui finalement força un peu les choses. Un jour, elle m’expliqua vouloir me rencontrer ou bien s’arrêter là pour sa part, un ultimatum, et elle me donna alors 2 dates. J’ai choisi la seconde, plus éloignée dans le temps, histoire de travailler sur moi. Nous nous sommes rencontré et une histoire a commencé, assez rapidement, nous sommes resté ensemble durant 5 ans.

Cette relation m’a apporté énormément sur le plan sentimental mais ne m’aidait pas à me relancer dans la vie. En effet à côté de cela je n’avais toujours aucune idée de quoi faire dans ma vie et vers ou me diriger. J’avais par ailleurs développé une forme d’agoraphobie et mes angoisses et mon stress n’avaient jamais été à l’époque aussi élevé quand il était question de sortir dans un lieu public.

A la fin de cette relation, de nouveau anéanti, je suis reparti chez mes parents, j’ai retrouvé des amis perdus de vue, j’ai faits de nouvelles rencontres via des formations et je me suis même fait de super amis, dont un très bon amis, qui un jour, alors qu’il était parti au canada, m’a expliqué qu’il s’était lancé sur les sites de rencontre. J’ai alors essayé à mon tour, en suivant quelques conseils qu’il m’avait donné mais le résultat fut toujours nul. Personnellement, je crois que je n’y comprends rien, je n’arrive pas à communiquer, je ne sais jamais par quoi commencer et je pense que cela vient davantage entre autre du fait que je ne me connais peut-être pas assez moi-même, que je n’ai même aucun accomplissement dont je suis fier, notamment à mon âge la vie professionnelle. D’autant plus que mon profil utilisateur n’est jamais très reluisant, actuellement au chômage, sans emploi ou presque depuis 10 ans.

Je suis actuellement inscrit sur Tinder, Okcupid et aussi Badoo. J’ai également été inscrit sur NicePeople. L’un des points les plus négatifs des sites de rencontre est le fait qu’ils soient devenus payant pour ma part. Elle est loin l’époque des réseaux IRC gratuits ou encore de Caramail également gratuit mais ou l’accroissement du nombre d’utilisateur sur internet a rendu ces modes d’opportunité de rencontre assez compliqué. En effet, j’y retrouvais une trop grande présence, anormalement élevée, de personnes s’exerçant plutôt à tester les autres, se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas, rempli de lourds et blaireaux en tout genre. »

Moi : Penses tu qu’il est possible de rencontrer quelqu’un pour autre chose qu’un plan cul/plan câlin/amitié câline ?

Séb :

« Plan cul ? Plan câlin ? Amitié câline ? Par un site de rencontre cela ne m’est jamais arrivé ! Je n’ai eu qu’un plan cul et cela n’était pas par un site de rencontre, cela a duré un an et cela s’est terminé parce qu’elle était tombée amoureuse et désirait davantage alors que moi, plus le temps passait et plus je sentais que cette personne n’était pas faite pour moi.

Niveau amitié câline, là encore cela ne m’est arrivé qu’une seule fois, sans qu’il n’y ai plus que des hugs l’un envers l’autre, elle est venue dormir 2 fois chez moi sans que cela ne déborde, elle ne désirait rien de plus mais plus le temps passait et la plus c’était moi qui me sentait bien et heureux avec elle et qui ai développé un sentiment amoureux, je pourrais même dire d’amour.

Il y a encore d’autres filles ou cela n’a jamais été plus loin que du flirt et ayant duré à peine quelques semaines, en tout cas de souvenir, aucune fille d’un soir. (Je dis bien de souvenir car il m’est arrivé de me réveiller sans savoir ce que j’ai pu faire la veille ou presque et avec des flashs que j’ai préféré imaginer être juste de bon ou mauvais rêves, peu importe)

Ce que je sais de moi c’est que je suis très sensible, que le contact des mains, d’autant plus si la fille m’attire, aura un effet puissant sur moi, accélération du rythme cardiaque, envie de la toucher et compagnie mais étant donné ma retenue cela n’a jamais été très probant. »

Moi : As-tu déjà fait des rencontres, et comment se sont-elles passées ?

Séb : 

« J’ai rencontré une seule personne via Tinder, par ailleurs, mon ami qui avait eu de nombreuses opportunités de rencontre par ce moyen m’avait pas mal aidé ce jour-là, j’ai littéralement employé des phrases qu’il me soufflait et le pire c’est que ça a fonctionné ! On s’est rencontré dans un agréable café, elle était néerlandophone mais parlait assez bien le français, c’était agréable mais fort stressant et j’aimerais beaucoup avoir d’autres opportunités de faire de telle rencontre, celle-ci n’a pas fonctionné mais d’autres pourraient très bien et surtout… je pourrais moi-même m’amélioré et m’habituer à ce mode de rencontre, ce serait un beau pas en avant. Concernant cette rencontre, la personne ne me correspondait pas, elle habitait trop loin et puis, elle n’était pas le genre qui m’emballait plus que ça sur certains points. »

À la question sur les rencontres et les changements de codes, on retrouve un petit peu ce que l’on a déjà pu lire. À savoir : consommation, trop de choix, plus de facilités pour les femmes que pour les hommes. Et oui les filles, j’ai bien l’impression que finalement ces rencontres 2.0 sont beaucoup plus faciles pour nous que pour ces chers hommes.

Une petite histoire de Séb pour finir ce récit :

« Une anecdote…

Etant donné le faible taux de rencontre obtenue en ce moment, il y a peu d’anecdote marrante que je pourrais faire. Mais par exemple la personne avec qui je suis resté 5 ans, lors de notre rencontre, elle savait bien que j’étais timide, donc ce qui est assez drôle c’est que du fait de cette information, c’est elle qui a fait le premier pas en poussant la rencontre, c’est aussi elle qui a fait le second pas en cherchant le contact de la main quand nous étions assis sur un banc l’un à côté de l’autre à une petite distance, on discutait paisiblement tous les deux, puis tout en discutant, elle se rapprochait de moi tout doucement, jusqu’à ce que sa main soi très près de la mienne, posée sur le banc, avec un taux de stress en moi phénoménal, puis le regard échangé, moi ne sachant vraiment que faire, peur de mal faire, peur d’être maladroit et finalement le baiser et puis là… c’est assez drôle car on n’a fait que s’embrasser les heures qui ont suivies, on était dans ce parc,, on a changé de banc, elle prenant mes mains pour les poser sur son corps en des zones que je n’aurais osé toucher de moi-même, dans un lieu public, avec de jeunes marié cherchant à faire des photos de mariage dans la plus jolie zone du parc et avec elle et moi les empêchant de prendre le meilleur angle, assise sur mes jambes tout contre mon corps, à la limite de l’indécence. Ca reste un bon souvenir.

C’est elle et ce fut très important car après tout, je pense que chaque femme devrait exprimer à sa manière ses désirs et ses plaisirs pour que je puisse y répondre, j’ai vécu dans un environnement assez malsain et j’ai grandi dans une école durant mon adolescence ou il n’y avait que des garçons et une violence journalière, des moqueries et rabaissement sur le physique, sur la sexualité et j’en passe, de fait, je n’ai pas beaucoup d’assurance et même quand il me semble que dans le regard de l’autre il y a une envie et une attente, je n’ose pas faire le pas. Trop peur, trop de respect, trop biesse, je n’en sais rien et si j’avais plus d’occasion il me serait possible d’essayer de m’améliorer. Une fois les choses lancées, avec ou sans coup de pouce de l’autre, le reste vient assez naturellement, quand en tout cas la barrière de la honte est dépassée.

Il faut dire ma première longue histoire de deux ans m’a marqué, la mère de ma petite amie à l’époque était en dépression grave, à ses 18 ans elle avait été violée par un homme de la quarantaine qu’elle connaissait de son travail et qui la ramenait chez elle en voiture et sur le chemin il s’est arrêté dans un petit sentier du bois qu’il traversait et il l’a violée, elle a gardé ce secret pendant longtemps, elle s’est mariée, elle a eu des enfants et puis un jour elle a craqué. Cette période m’a marqué concernant le viol, les abus sexuels. Je pense que c’est cette histoire qui m’a fait développer une grande retenue, une peur de mal faire, de ne savoir trop définir et voir ou est la limite même si il semble que l’autre n’attend que cela, ce qui pourrait aux yeux de toutes celles qui ont espéré un pas de ma part, leur faire croire que je n’étais pas intéressé par elle. *triste* Car je pense que la majorité des filles s’attendent à ce que ce soit l’homme qui fasse le premier pas, d’autant plus que si il ne le fait pas, elles concluent, j’imagine, assez facilement que c’est qu’on n’est pas intéressé.

Gros dilemme, grosse difficulté donc. »

En lisant et travaillant sur ses réponses j’ai pu ressentir beaucoup d’émotions de sa part, j’espère que vous aussi pourrez le sentir. Une histoire, une expérience encore différente dans ce monde 2.0 si complexe.

images

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s